LYRIC

Sonder vainement le miroir de son ame
Sans jamais trouver de reponses, juste des craintes informes
Icone
Un regard fixe, des mots prononces sans que les levres bougent

Ce qu’il y voit le detruit un peu plus chaque jour
L’exterieur est agressif, sa nudite si simple et apaisante,
Et il se scrute
Icone
Le verre brise, la face mutilee, morcelee, continue de sourire
Il a regarde son visage en face, y a vu quelqu’un d’autre
Dieu ou pere, quelle importance?
Comme toutes ses ombres

Infinite conscience of nothingness
The infinite conscience of nothingness terrorizes the sick
That’s why infinite conscience of nothingness terrorizes the sick

Quand la lune saigne,
Je romps l’ecorce putride qu’il m’a confie
Je rode dans des plaines au miroir sans teint
Ou j’entends
Monocorde,
Le chant des damnes
La conscience infinie du neant

A cet instant j’ai voulu tuer
A cet instant, voulu mourir
Tous ses ordres, et ses commandements
Nes d’une vie parallele
A cet instant j’ai voulu tuer
A cet instant, voulu mourir
Tous ces ordres, et ces commandements maintenant desintegres.

Added by

user

SHARE

Comments are off this post

ADVERTISEMENT